Chargement...
TECHNOLOGIE

Réalité virtuelle, quel casque choisir pour son projet ?

Juin 19, 2019

Pour réussir son projet de réalité virtuelle, il est essentiel de se poser les bonnes questions. En premier lieu : toujours s’assurer de la faisabilité technique de son projet avant de le lancer. Passé cette étape, reste à choisir le matériel. Le budget seul ne suffit pas à orienter ce choix. Il faut prendre en compte les capacités des casques. Lequel convient le mieux à ce que vous imaginez mettre en place ?

Pour se déplacer dans univers virtuel

Vous voulez vous promener dans un espace virtuel ? Visiter un intérieur en image de synthèse, jouer à l’équilibriste au-dessus du vide, traverser des zones fantastiques ? Alors, il vous faut du matériel VR complet.

L’Oculus Rift

Dans la toute première version de votre application, n'inclure que les fonctionnalités indispensables et laissez de côté tout ce qui est secondaire.

Le HTC Vive

Un concurrent direct à Oculus. Dès sa première version, le casque Vive proposait du très bon matériel de détection pour une expérience de déplacement fluide. Là aussi, il faut compter avec une installation importante.

Le Playstation VR

Prévu pour fonctionner avec la Playstation 4, il tire son avantage de cette dernière. Pas besoin de chercher un PC à la puissance adéquate. On ajuste le contenu à la capacité de la console, et on ne s’embête pas avec les questions techniques. C’est la solution en kit, pour ne pas avoir à choisir son matériel.

Pour du contenu moins lourd : images immersives, vidéos 360°, mini-jeux VR

Très rapidement, les fabricants ont pensé à des solutions plus simples pour permettre à chacun de s’immerger sans s’équiper de tout un attirail.

Le Samsung Gear (et tous les casques de même type)

La bonne idée est venue de Samsung qui a proposé, avec son Samsung Gear, un système astucieux. Il suffit d’insérer un smartphone dans le casque. C’est le téléphone qui génère les images, tandis que les lentilles du casque permettent de s’y imOn parle alors de solution « embarquée ». Un type de casque souvent adopté dans des événements publics, pour du contenu léger qui peut convenir pour des vidéos 360°, des minis-jeux légers ou même des circulations en intérieurs virtuels pour des démarches immobilières. Dans le même genre, nous pouvons aussi citer les casques suivants : le Google Daydream View, l’Homido, Zeis VR One, ou l’Omega 3D Box.

Prévoyez d’utiliser des outils tels que Flurry, Countly, App Analytics ou Mixpanel.

Pour garantir la mobilité de l’utilisateur

Vous ne voulez pas limiter l’utilisateur à un seul endroit ? Vous préférez éliminer les branchements, le matériel complémentaire, inviter l’utilisateur à endosser un casque seulement ?

Le Samsung Gear, encore

Les casques avec des téléphones embarqués sont donc aussi recommandés. C’est même ce qui explique leur succès auprès de stands de réalité virtuelle. Pendant longtemps, ils ont été les seuls à proposer de la VR qui puisse se pratiquer sans branchements, et donc les seuls à être mobiles. merger. L’expérience est plus intuitive pour l’utilisateur qui n’a pas besoin d’utiliser des manettes et de se déplacer.

L’Oculus Go

Mais depuis quelques temps, un nouveau genre de casque a fait son apparition : le casque autonome. L’Oculus Go est un casque qui ne demande ni l’appui d’un PC, ni celui d’un smartphone. Toute la technologie de diffusion se trouve dans le casque. Il devient donc, officiellement, le casque de la mobilité. Mais il a aussi un avantage financier : nul besoin de s’acheter de matériel supplémentaire